Rechercher
  • Pau Arc-en-Ciel 2020

Pau, Capitale Pyrénéenne, Régionale et Transfrontalière.

Pau Arc-en-Ciel 2020 porte, avec son candidat Jean-François Blanco, le projet de faire de la ville de Pau la Capitale du Climat. L'ambition affichée est de faire rayonner la ville et ses engagements en faveur du climat, de la solidarité et de l'économie résiliente à l'échelle européenne et mondiale.

Mais Jean-François Blanco sait combien Pau devra être, avant tout, Capitale du Climat au cœur des Pyrénées.

En tant que premier maire écologiste de Pau, il entend faire de la ville le moteur de la coopération régionale et transfrontalière. En effet, au delà de l'organisation administrative des territoires en Europe, ce sont les réalités culturelles, linguistiques, économiques et sociales qui font des Pyrénées cet espace d'un dynamisme et d'une richesse incroyables.


C'est dans ce contexte que jean-François Blanco, candidat à la mairie de Pau aux élections de mars 2020, avec Pau Arc-en-Ciel, a rencontré ce lundi 02 décembre, Daniel Camós, délégué en France du gouvernement Catalan.

Daniel Camós & Jean-François Blanco

Voici la déclaration de Jean-François Blanco à l'issue de cette rencontre :


"Je rencontrais, ce matin à Bordeaux, Daniel Camós délégué en France du gouvernement catalan. Cet entretien intervenait quelques jours après la désignation de la Catalogne pour présider la Communauté de Travail des Pyrénées pour les deux années qui viennent.


Durant cette période le gouvernement catalan aura un rôle déterminant pour l’animation et le développement des projets transfrontaliers pyrénéens avec Euskadi, la Navarre, l’Aragon et, bien sûr, la Nouvelle Aquitaine. Nous partageons les mêmes priorités : le climat, la biodiversité, l’engagement pour l’innovation économique et sociale.


Nous savons, au travers notamment des travaux de l’Observatoire Pyrénéen du Changement Climatique , à quel point nos territoires sont touchés par la crise climatique. La transformation écologique est nécessaire et urgente pour préserver la possibilité de bien vivre tout au long des Pyrénées.


Elle doit associer les habitantes et les habitants dont l’implication, l’évolution des modes de vie sont indispensables. Cette exigence démocratique résonne avec une force particulière en Catalogne.


Depuis octobre 2017 des élus et militants associatifs catalans sont incarcérés et condamnés à de lourdes peines de prison par l’Etat espagnol pour avoir organisé un référendum.


Depuis octobre 2017 je demande, avec le groupe EELV au Conseil Régional, leur libération et l’instauration d’un dialogue politique. En avril 2019 j’ai assisté à Madrid, comme observateur international, au procès qui s’est conclu par ces condamnations.


J’ai exprimé, à nouveau , au délégué du gouvernement catalan ma solidarité face à l’arbitraire. Alors que la Catalogne accède à la présidence de la Communauté de Travail des Pyrénées il est plus que jamais nécessaire que les entraves à ses interventions soient levées.

Cette rencontre avec le représentant du gouvernement catalan m’aura, aussi, conforter dans une conviction : la ville de Pau doit s’inscrire pleinement dans la dynamique pyrénéenne et transfrontalière.

Pour son avenir elle doit conforter ses liens avec les régions qui fondent la Communauté de Travail des Pyrénées et s’impliquer dans ses projets. Je pense, bien sûr, à la ligne Pau-Canfranc mais, également par exemple, aux échanges culturels, scolaires et universitaires, au soutien aux langues minoritaires.


Nous pouvons nous libérer de la fascination pour Paris. Nous pouvons, par la coopération transfrontalière, faire de Pau une ville durable au cœur des Pyrénées, la capitale du climat."

138 vues